discours sur la première décade de Tite-live, II, chapII, de - Forum de Philisto
Histoire Philosophie
Vous êtes ici --> Philisto > Forum > L'Action > discours sur la première décade de Tite-live, II, chapII, de

Page : 1

discours sur la première décade de Tite-live, II, chapII, de

Répondre Nouveau topic
Auteurs Messages
hors ligne stephi76
# Le 07/03/2009 à 11h08
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
bonjour , j'ai a commenté ce texte.
je cherche la définition de la vie contemplative et du bonheur suprême en référence avec le texte.
merci de votre aide.
hors ligne Thibault
# Le 07/03/2009 à 11h24
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Bonjour,

Sans le texte je ne peux pas faire grand chose (je ne l'ai pas trouvé sur internet). Pouvez-vous donner un lien ou le recopier (s'il est assez court) ?

Merci. heureux
hors ligne stephi76
# Le 07/03/2009 à 12h17
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
voici le lien : http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/pages/view.php3?ref=r680
hors ligne Thibault
# Le 07/03/2009 à 15h19
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Par "bonheur suprême", je pense que Machiavel fait là référence au bonheur que l'on éprouve dans l'au-delà (le paradis). Le mépris des choses humaines (de la vie terrestre et de ses plaisirs d'une manière plus générale) est la voie qui est censée mener au Salut selon l'Eglise romaine de l'époque.

La "vie contemplative" est la vie vécue par les msytiques qui pratiquent la méditation, louent la bonté du Seigneur et voient en toutes choses son oeuvre. Les moines ou les ermites, retirés du monde, sont ceux qui la vivent (pour avoir des exemples de vie contemplative, lire les biographies de saints).
La vie contemplative est plutôt une vie passive contrairement à la vie active prônée par les religions païennes.

Voilà comment j'interpréterais ces deux termes. heureux
hors ligne stephi76
# Le 11/03/2009 à 17h38
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
merci de m'avoir aidé
hors ligne stephi76
# Le 18/03/2009 à 19h00
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
je n'arrive pas à trouver la thèse de l'auteur . pouvez vous m'aider s'il vous plait ?
hors ligne Thibault
# Le 18/03/2009 à 19h14
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Si l'on étudie le texte en ayant à l'esprit la philosophie de Machiavel (Le Prince), on peut penser que la thèse du texte est que la religion chrétienne, religion "de paresse" selon le texte, est au service des hommes de pouvoir, les populations étant moins enclines à se révolter face à de mauvais traitements ou une mauvaise politique (plus encline "à recevoir les coups qu'à les donner" d'après le texte).
L'homme de pouvoir (par exemple un roi ou un tyran) a donc tout intérêt à perpétuer cet état de fait pour conserver sa place (éviter une révolution par exemple).
La thèse me paraît assez claire dans le dernier paragraphe tout comme dans la première ligne.
hors ligne cepamoi
# Le 18/03/2009 à 21h14

Homme
Messages : 33
Inscrit le 23/01/2009
Bonjour
Le lien n'attache pas la référence de la page. Il faut le recopier dans l'URL du navigateur. Voici le texte.

Machiavel (Niccolò)


État - Religion

Discours sur la première décade de Tite-Live, II, Ch. II, Quels furent les peuples que les romains eurent à combattre, et combien ils furent opiniâtres à défendre leur liberté, Pléiade p. 519 - 520.

Pour quelle raison les hommes d'à présent sont-ils moins attachés à la liberté que ceux d'autrefois : pour la même raison, je pense, qui fait que ceux d'aujourd'hui sont moins forts ; et c'est, si je ne me trompe, la différence d'éducation fondée sur la différence de religion. Notre religion en effet, nous ayant montré la vérité et le droit chemin, fait que nous estimons moins la gloire de ce monde. Les païens, au contraire, qui l'estimaient beaucoup, qui plaçaient en elle le souverain bien, mettaient dans leurs actions infiniment plus de férocité : c'est ce qu'on peut inférer de la plupart de leurs institutions, à commencer par la magnificence de leurs sacrifices, comparée à l'humilité de nos cérémonies religieuses, dont la pompe, plus flatteuse que grandiose, n'a rien de féroce ni de gaillard. Leurs cérémonies étaient non seulement pompeuses, mais on y joignait des sacrifices ensanglantés par le massacre d'une infinité d'animaux ; ce qui rendait les hommes aussi féroces aussi terribles que le spectacle qu'on leur présentait. En outre, la religion païenne ne déifiait que des hommes d'une gloire terrestre, des capitaines d'armées, des chefs de républiques. Notre religion glorifie plutôt les humbles voués à la vie contemplative que les hommes d'action. Notre religion place le bonheur suprême dans l'humilité, l'abjection, le mépris des choses humaines ; et l'autre, au contraire, le faisait consister dans la grandeur d'âme, la force du corps et dans toutes les qualités qui rendent les hommes redoutables. Si la nôtre exige quelque force d'âme, c'est plutôt celle qui fait supporter les maux que celle qui porte aux fortes actions.
Il me paraît donc que ces principes, en rendant les peuples plus débiles, les ont disposés à être plus facilement la proie des méchants. Ceux-ci ont vu qu'ils pouvaient tyranniser sans crainte des hommes qui, pour aller en paradis, sont plus disposés à recevoir leurs coups qu'à les rendre. Mais si ce monde est efféminé, si le ciel parait désarmé, n'en accusons que la lâcheté de ceux qui ont interprété notre religion selon la paresse et non selon la virtù S'ils avaient considéré que cette religion nous permet d'exalter et de défendre fa patrie, ils auraient vu qu'elle nous ordonne d'aimer cette patrie, de l'honorer, et de nous rendre capables de la défendre.

Au plaisir. Luc
Une vérité en cache une autre !
hors ligne cepamoi
# Le 18/03/2009 à 21h18

Homme
Messages : 33
Inscrit le 23/01/2009
Pardon ! j'oublie le principal

http://classiques.uqac.ca/classiques/machiavel_nicolas/discours_titelive/discours_titelive.html

Edit de thibaultg: je me suis permis de rétrécir le lien afin qu'il tienne tout entier dans la page (sinon cela produit un décalage).
Une vérité en cache une autre !
hors ligne Thibault
# Le 18/03/2009 à 21h31
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/pages/view.php3?ref=r680

Voilà maintenant, les liens sont parfaitement fonctionnels mais il faudra les placer dans des balises (ajout d'une nouvelle balise "lien" dans le menu de mise en forme).
hors ligne stephi76
# Le 19/03/2009 à 19h24
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
bonjour ,dans le texte je n'arrive pas à comprendre pourquoi machiavel dit que les hommes attachent moins de liberté dans la renaissance que dans l'antiquité. pouvez vous m'éclairer sur ce point? merci de votre aide.
hors ligne Thibault
# Le 19/03/2009 à 19h30
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
Tout simplement parce que la religion des hommes de la Renaissance (le christianisme) incite davantage les hommes à la résignation devant la perte de liberté qu'à la résistance voire la révolte, contrairement aux religions païennes de l'antiquité qui forment à l'action. Le christianisme enseigne le mépris des choses de ce monde, ce qui n'incite pas les individus à combattre pour acquérir ou conserver leurs droits.
hors ligne stephi76
# Le 20/03/2009 à 16h56
Femme
Messages : 6
Inscrit le 07/03/2009
j'ai du mal à comprendre la phrase " notre religion .... fait que nous estimons moins la gloire du monde " ? je n'arrive pas à expliquer la fin de la phrase
hors ligne Thibault
# Le 20/03/2009 à 17h52
Administrateur
Homme 29 ans
Messages : 334
Inscrit le 19/12/2008
"Notre religion en effet, nous ayant montré la vérité et le droit chemin, fait que nous estimons moins la gloire de ce monde."

La vérité et le droit chemin selon le christianisme, c'est-à-dire le mode de vie idéal, c'est l'humilité, l'amour du prochain, le mépris pour les choses matérielles (et non spirituelles). Se retirer dans un monastère pour se vouer à la contemplation est beaucoup plus louable selon le christianisme que de mener des hommes à la guerre (par exemple). Ainsi, la gloire matérielle ("la gloire de ce monde" dans le texte) est considérée comme nulle aux yeux du Dieu de la religion chrétienne. Voilà pourquoi les chrétiens pieux estiment moins la gloire de ce monde que leurs ancêtres païens.
Publicité Google
Répondre Nouveau topic

Copyright © Philisto - Contenu placé sous licence Creative Commons